PILES RECHARGEABLES, NON RECHARGEABLES ET TÉLÉPHONES CELLULAIRES

Nickel-cadmium (Ni-Cd)

Se trouvent fréquemment dans des outils électriques sans fil, des téléphones sans fil, des caméras numériques et vidéo, des radios bidirectionnelles, de l’équipement biomédical et des caméras vidéo professionnelles.

Batterie12 Batterie11

Lithium-ion (Li-Ion)

Se trouvent fréquemment dans des téléphones cellulaires, des outils électriques sans fil, des téléphones sans fil, des caméras numériques, des radios bidirectionnelles, des ordinateurs portables, des tablettes et des lecteurs de livres numériques.

Batterie2 Batterie3 Batterie4 Batterie5

Petites piles scellées au plomb-acide (PPSPA)

Se trouvent fréquemment dans de scooters électriques, des accessoires de protection contre les incendies, des systèmes UPS, de l’équipement hospitalier et de l’éclairage de sécurité.

Batterie6 Batterie7

Hydrure métallique de nickel (Ni-MH)

Se trouvent fréquemment dans des téléphones cellulaires, des outils électriques sans fil et des radios bidirectionnelles.

Batterie13

Nickel-zinc (Ni-Zn)

Se trouvent fréquemment dans des caméras numériques, des claviers sans fil et des petits accessoires électroniques.

Piles alcalines à usage unique

Se trouvent fréquemment dans des réveils, des calculatrices et des lampes de poche.

Batterie8 Batterie9

Piles primaires au lithium

Se trouvent fréquemment dans des systèmes sans clé des voitures, des montres, des stimulateurs cardiaques, des prothèses auditives, des dispositifs de sauvegarde de mémoire, des dispositifs d’alarme incendie et des appareils électroniques militaires.

Batterie1

Téléphones cellulaires

Tous les types de téléphones cellulaires sont acceptés, peu importe leur taille, leur marque, leur modèle ou leur année de fabrication.

QUESTIONS ÉVALUATIVES

Quelles quantités générez-vous (par département ou unité) ?

Savez-vous quels départements génèrent cette matière ?
Connaissez-vous les volumes générés annuellement ?

Comment récupérez-vous actuellement cette matière ?

Savez-vous si vous valoriser(réemploi, recyclage) cette matière actuellement ?
Dans quels contenants placez-vous ces matières ?
Combien de contenants avez-vous ?
Où sont-ils placés ?
Que faites-vous avec une fois qu’ils sont pleins ?
Sont-ils fournis gratuitement par votre fournisseur de services ?

Avec qui faites-vous affaire ?

Savez-vous quel fournisseur collecte actuellement ces matières ?
Avez-vous signé un contrat ou une entente avec ce fournisseur ?
Connaissez-vous le contenu de ce document ?
Des frais sont-ils associés à ce contrat/cette entente ?
Avez-vous déjà effectué des visites surprises chez votre fournisseur ?

Que devient la matière ?

Savez-vous où s’en vont ces matières une fois qu’elles quittent votre établissement ?
Exigez-vous un bilan annuel faisant état du devenir précis de ces matières (traçabilité) ?
Avez-vous élaboré une procédure pour assurer l’uniformisation et la pérennité du système de collecte que vous avez mis en place ?

OBJECTIFS GOUVERNEMENTAUX

  • Récupération des piles rechargeables : 25% en 2015 et augmentation de 5% par année jusqu’à 65%
  • Récupération des piles non rechargeables : 20% en 2015 et augmentation de 5% par année jusqu’à 65%

IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SANITAIRES
Les piles et les accumulateurs contiennent des métaux lourds (mercure, zinc, plomb, cadium) en grandes quantités qui sont dangereux à la fois pour la santé au vu de leurs propriétés corrosives ou réactives et pour l’environnement. En effet, une pile au mercure jetée dans la nature suffit pour contaminer 1m3 de terre et 1 000 000 de litres d’eau pendant 50 ans. Par ailleurs, les intoxications au mercure sont possibles par inhalation ou ingestion et peuvent alors provoquer des troubles neurologiques : tremblements, difficultés d’élocution…

Le cadmium est un métal jugé toxique et certains gouvernements réglementent son élimination. S’il fait partie du flux de déchets solides, son traitement peut nuire gravement à l’environnement et aux processus de gestion des déchets. Les piles et les batteries Ni-Cd devraient être recyclées de manière responsable et tenues à l’écart du flux de déchets solides.

Les piles et batteries au lithium-ion ne devraient pas entrer dans le flux de déchets solides et leur élimination est réglementée au Canada. Elles sont facilement recyclables et il est facile d’utiliser leurs sous-produits pour créer de nouveaux produits.

L’effet des petites piles scellées au plomb acide (PPSPA) sur l’environnement et sur les processus de gestion des déchets peut être grave. Les PPSPA devraient être recyclées de manière responsable et tenues à l’écart du flux de déchets solides.
Les piles et batteries Ni-MH contiennent des éléments moyennement toxiques et devraient être tenues à l’écart du flux de déchets solides. Leur contenu est facilement recyclable et peut servir à créer de nouveaux produits. Dans certaines provinces, comme le Manitoba, il est illégal de se débarrasser de tout type de pile et batterie rechargeable dans les ordures ménagères.

Les piles et batteries Ni-Zn contiennent des éléments moyennement toxiques et devraient être tenues à l’écart du flux de déchets solides. Leur contenu est facilement recyclable et peut servir à créer de nouveaux produits.

Le traitement des piles par des fours capables de les fondre à 1 200 degrés pour en récupérer les métaux lourds rejette de substances toxiques telles que dioxines ou furanes.

LA RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS
Les établissements de santé et de services sociaux génèrent de grandes quantités de piles, principalement des piles alcalines, ainsi que des téléphones cellulaires.

Au Québec, il est illégal de se débarrasser des piles et batteries à usage unique dans les ordures ménagères. Il vaut mieux les tenir à l’écart du flux de déchets solides. D’autant plus qu’il est facile de recycler leur contenu pour créer de nouveaux produits.

Depuis 2012, un écofrais est ajouté au prix de vente de ces produits. Ce frais permet de financer le programme de collecte gratuite des piles rechargeables, non rechargeables et des téléphones cellulaires par l’organisme Appel à Recycler. En participant à ce programme, vous vous assurer une traçabilité totale sur le devenir des piles et téléphones cellulaires et l’organisme vous envoie un bilan annuel. Par ailleurs, ce programme, en étant gratuit, permet à l’établissement d’offrir un service aux employés et à la population en leur permettant d’avoir accès à un système simple et accessible de collecte des piles de la maison.

Le trajet des piles et batteries recyclées