MÉTAUX FERREUX ET NON FERREUX

Métaux ferreux ou ferrailles (ex. : boîtes de conserve)
  • Fonte
  • Fer
  • Tôle
  • Acier
Métaux non-ferreux (majorité des métaux)
  • Aluminium
  • Cuivre
  • Zinc
  • Nickel
  • Étain
  • Chrome
  • Plomb
    Les établissements de santé utilisent des batteries au plomb pour des usages très variés. On en retrouve notamment dans les unités de batterie pour ordinateur (UPS), les lève-patients électriques sur rail, les pompes volumétriques (à soluté), les chariots électriques, les véhicules, les appareils d’éclairage d’urgence, etc. 

CONTEXTE
Les piles et les batteries au plomb, constituées de métaux lourds, représentent une menace pour l’environnement et la santé humaine lorsqu’elles ne sont pas récupérées adéquatement ou lorsqu’elles sont jetées à l’enfouissement.

« Le plomb peut être nocif pour les personnes de tout âge. Des études scientifiques récentes sur le plomb ont montré que les effets négatifs sur la santé se produisent à des niveaux d’exposition plus faibles qu’on ne le pensait autrefois. L’exposition à de faibles doses peut entraîner des effets subtils sur le développement intellectuel et le comportement des nourrissons et des enfants. Une exposition continue, même à de petites doses de plomb, peut entraîner des concentrations néfastes dans l’organisme. Une fois que le plomb est absorbé dans le sang, il est éliminé de l’organisme (surtout dans les urines) ou il s’accumule dans les os. Il peut demeurer emmagasiné dans l’organisme pendant plus de 30 ans ». (Santé Canada, consulté le 12 novembre 2013)

Les autres métaux (cuivre, étain, aluminium, acier, fer, etc.), en plus d’être une menace pour l’intégrité de l’environnement, peuvent avoir une valeur monétaire non négligeable pour les établissements de santé. Il doivent donc être détournés de l’enfouissement afin d’être valorisés.

OBJECTIFS GOUVERNEMENTAUX
Selon la politique québécoise de gestion des matières résiduelles, plan d’action 2011-2015, il faut atteindre un taux de recyclage de 70 % pour les métaux.

Metaux

QUESTIONS ÉVALUATIVES ET EXEMPLES PROBANTS

Quelles quantités générez-vous (par département ou unité) ?

Savez-vous quels départements génèrent ces matières ?
Connaissez-vous les volumes générés annuellement ?

Exemple probant :

CISSS de la Montérégie-Est (bâtiments du CSSS Pierre-Boucher)
Le CSSS Pierre-Boucher a dressé un portrait des matières résiduelles que génèrent chacun de ses bâtiments. Des déchets métalliques sont générés par de nombreux départements sans que les volumes exacts soient connus. Des estimations ont été réalisées à partir de certains achats.

Comment récupérez-vous actuellement cette matière ?

Savez-vous si vous valorisez (réemploi, recyclage) cette matière actuellement ?
Dans quels contenants placez-vous ces matières ?
Combien de contenants avez-vous ?
Où sont-ils placés ?
Que faites-vous avec une fois qu’ils sont pleins ?
Sont-ils fournis gratuitement par votre fournisseur de services ?

Exemple probant :

CISSS de la Montérégie-Est (bâtiments du CSSS Pierre-Boucher)
Depuis la fin de l’année 2014, le CSSS Pierre-Boucher a une entente avec un récupérateur de métaux. Les piles au plomb et certaines pièces métalliques ayant une grande valeur de revente (p. ex. aluminium, cuivre) sont entreposées dans des grands bacs prévus à cet effet et conservés dans une salle des installations matérielles. Les pièces de plus grandes dimensions telles que les lits ou les chaises sont actuellement regroupées en vue de la récupération.

Avec qui faites-vous affaire ?

Savez-vous quel fournisseur collecte actuellement ces matières ?
Avez-vous signé un contrat ou une entente avec ce fournisseur ?
Connaissez-vous le contenu de ce document ?
Des frais sont-ils associés à ce contrat/cette entente ?
Avez-vous déjà effectué des visites surprises chez votre fournisseur ?

Exemple probant :

CISSS de la Montérégie-Est (bâtiments du CSSS Pierre-Boucher)
Depuis la fin de l’année 2014, le CSSS Pierre-Boucher a une entente avec un récupérateur de métaux : Métaux L&L. Aucun frais n’est associé. Le CSSS reçoit au contraire des redevances en fonction des volumes de métaux. Aucune visite n’a été effectuée chez le fournisseur.

Que devient la matière ?

Savez-vous où s’en vont ces matières une fois qu’elles quittent votre établissement ?
Exigez-vous un bilan annuel faisant état du devenir précis de ces matières (traçabilité) ?
Avez-vous élaboré une procédure pour assurer l’uniformisation et la pérennité du système de collecte que vous avez mis en place ?

Exemple probant :

CISSS de la Montérégie-Est (bâtiments du CSSS Pierre-Boucher)
Métaux L&L est un courtier en métaux. Il trie et pèse les métaux qu’il collecte chez ses clients; envoie un chèque et une reddition de comptes. Une procédure a été élaborée et diffusée au sein de l’établissement.

Suivez-moi : la conserve en acier

Start typing and press Enter to search