LAMPES AU MERCURE

Tubes fluorescents, à induction ou UV

Inclut toutes les dimensions, toutes les puissances et toutes les formes de tubes : UV basse pression, lampe à induction tubulaire (circulaire, rectangulaire, en U, etc.)

bulb-8 bulb-10

Ampoules fluocompactes (LFC)/Lampes à induction à vis

Ampoules de taille similaire aux ampoules incandescentes traditionnelles.

bulb-6 bulb-4 bulb-2 bulb-1

Ampoules à décharge à haute intensité (DHI) et autres

Inclut toutes les ampoules à DHI contenant du mercure, comme les ampoules à sodium à haute pression, à vapeur de mercure, aux halogénures métalliques, les UV contenant du mercure, les ampoules germicides, les ampoules UHP de remplacement (pour projecteur, etc.), les ampoules néons de remplacement contenant du mercure, etc.

bulb-9

QUESTIONS ÉVALUATIVES

Quelles quantités générez-vous (par département ou unité) ?

Savez-vous quels départements génèrent ces matières ?
Connaissez-vous les volumes générés annuellement ?

Comment récupérez-vous actuellement cette matière ?

Savez-vous si vous valorisez (réemploi, recyclage) cette matière actuellement ?
Dans quels contenants placez-vous ces matières ?
Combien de contenants avez-vous ?
Où sont-ils placés ?
Que faites-vous avec une fois qu’ils sont pleins ?
Sont-ils fournis gratuitement par votre fournisseur de services ?

Avec qui faites-vous affaire ?

Savez-vous quel fournisseur collecte actuellement ces matières ?
Avez-vous signé un contrat ou une entente avec ce fournisseur ?
Connaissez-vous le contenu de ce document ?
Des frais sont-ils associés à ce contrat/cette entente ?
Avez-vous déjà effectué des visites surprises chez votre fournisseur ?

Exemple probant :

CISSS de Lanaudière (bâtiments du CSSS du Nord-de-Lanaudière)
L’établissement utilise les services de collecte gratuits de Recycfluo. Aucun contrat n’a été signé. Recycfluo demande de consolider au minimum une palette de lampes entières (i.e. des lampes qui n’ont pas été broyées intentionnellement), soit l’équivalent de minimum 500 tubes fluorescents de 4 pieds afin de bénéficier d’un service de collecte gratuit effectué par Robert Transport.

Dans le cadre du programme RecycFluo, les lampes doivent être emballées de manière sécuritaire avant la collecte, à savoir être remises dans leur boîte originale ou dans des boîtes offertes gratuitement par RecycFluo, le cas échéant. Les contenants de collecte peuvent être commandés à l’avance auprès de RecycFluo.

Aucune visite surprise n’a été effectuée à ce jour par l’établissement.

Que devient la matière ?

Savez-vous où s’en vont ces matières une fois qu’elles quittent votre établissement ?
Exigez-vous un bilan annuel faisant état du devenir précis de ces matières (traçabilité) ?
Avez-vous élaboré une procédure pour assurer l’uniformisation et la pérennité du système de collecte que vous avez mis en place ?

Exemple probant :

CISSS de Lanaudière (bâtiments du CSSS du Nord-de-Lanaudière)
Dans le cadre du programme RecycFluo, les lampes sont envoyées chez un des leurs 2 recycleurs : RLF et Aevitas. Les lampes sont broyées et les sous-produits acheminés chez divers recycleurs sous-traitants tels que 2M ressources pour le verre (deviendra de l’isolant genre fibre de verre), Gerdeau pour le métal (il sera refondu), Bethleem Apparatus pour le Mercure qui sera ultimement enfouis chez Stablex avec la poudre de phosphate.

L’établissement a développé et diffusé une procédure spécifique. Lors d’une demande de collecte, les représentants du CISSS cochent la case « Certificat de recyclage requis » et obtiennent ce type de reddition de comptes, ainsi qu’un certificat de recyclage.

Collecte du 30 septembre 2014 :

  • 10 lampes fluorescentes2 pieds
  • 734 lampes fluorescentes 4 pieds
  • 80 lampes fluorescentes 8 pieds
  • 1 lampe fluorescente en « U »
  • 3 lampes à haute densité
  • 119 lampes projecteur incandescentes
  • 40 lampes incandescentes
  • 64 lampes fluorescentes compactes

OBJECTIFS GOUVERNEMENTAUX

  • Récupération des tubes fluorescents : 40% en 2015 et augmentation de 5% par année jusqu’à 80%
  • Récupération des lampes fluocompactes : 30% en 2015 et augmentation de 5% par année jusqu’à 80%
  • Récupération des autres types de lampes contenant du mercure : 40% en 2015 et augmentation de 5% par année jusqu’à 80%

IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SANITAIRES

Selon le Maine Department of Environmental Protection, la quantité de mercure contenue dans les ampoules fluo-compactes actuellement disponibles serait en moyenne de 5 mg. Dans les ampoules fluo-compactes et les tubes fluorescents (néons), le mercure se trouve sous forme de vapeur et une partie est adsorbée à la surface de poudres fluorescentes (phosphore). Le mercure sous forme vapeur sera libéré rapidement lors du bris d’une ampoule alors que le mercure adsorbé sur les poudres sera libéré progressivement. Lors d’un bris, une partie du mercure demeurera aussi adsorbée au verre et au socle de l’ampoule.

Le mercure contenu dans les lampes (ampoules, néons, etc.) est très toxique, voire neurotoxique et représente donc une menace pour la santé humaine et pour l’environnement lorsque ces lampes ne sont pas récupérées adéquatement ou lorsqu’elles sont envoyées à l’enfouissement. L’exposition chronique au mercure peut entraîner des dommages au niveau du système nerveux central, des reins, du foie. Les principaux effets toxiques consécutifs à l’inhalation chronique de mercure incluent des changements à l’électroencéphalogramme, des déficits neurologiques périphériques, des effets sur le système nerveux autonome, des troubles du sommeil ainsi que des problèmes de motricité fine, de coordination visuo-motrice, du temps de réaction visuel, de concentration et de mémoire.

Des découvertes récentes décrivent les effets indésirables sur les systèmes immunitaire et cardiovasculaire pour de très faibles concentrations de mercure. L’exposition chronique à de faibles doses de vapeurs de mercure cause des atteintes du système nerveux central particulièrement chez le fœtus et l’enfant en croissance. Cependant, le mercure ne peut s’échapper à moins que les ampoules ne se brisent par accident ou qu’elles soient jetées avec les ordures ménagères.

Le bris d’une ampoule fluo-compacte contenant 100 fois moins de mercure qu’un thermomètre médical ne devrait pas entraîner de situation d’intoxication aiguë.

En moyenne, les ampoules fluorescentes utilisent 75 % moins d’électricité que les ampoules à incandescence classiques et peuvent durer jusqu’à 10 fois plus longtemps.

Le mercure a une action inhibitrice sur le métabolisme des micro-organismes, et tend donc à réduire le potentiel d’auto-épuration des eaux à partir d’une concentration de 18 mg/l. Le mercure a la capacité de s’adsorber sur les sédiments et les matières en suspension. Il a par ailleurs une forte tendance à s’accumuler dans les sols, et notamment dans les sols humiques.

La plupart des composés du mercure sont toxiques et peuvent être dangereux à de très faibles concentrations dans les écosystèmes terrestres et aquatiques. Étant une substance rémanente, le mercure peut s’accumuler, ou se bioaccumuler, dans les organismes vivants, et entraîner une toxicité de plus en plus grande au plus on s’élève dans la chaîne alimentaire (par exemple les poissons prédateurs, les oiseaux et les mammifères qui se nourrissent de poisson). Ce processus s’appelle la «bioamplification» ou « biomagnification ».

RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS

Depuis 2012, un écofrais est ajouté au prix de vente de ces produits. Ce frais permet de financer le programme de collecte gratuite des lampes au mercure par le programme à but non lucratif RecycFluo. Il existe plus de 400 points de dépôt partout dans la province. Le programme est géré par l’Association pour la Gestion Responsable des Produits (AGRP), pour le compte des fabricants, des distributeurs et des détaillants de ces produits.

Le montant de l’écofrais varie selon le type et la taille des ampoules. Ces écofrais sont utilisés pour couvrir les dépenses du programme, notamment la collecte, le transport et le recyclage des ampoules contenant du mercure, de même que les frais reliés aux activités de sensibilisation et de promotion.

Dans certains cas, les écofrais peuvent apparaître sur les reçus de caisse et les factures. Ils ne sont pas considérés comme une taxe gouvernementale, mais plutôt comme une partie intégrante du prix du produit, soumise aux taxes sur les ventes. Il revient à l’entreprise visée de choisir si elle rend visible ou internalise les frais de récupération.

Il est demandé aux établissements générant de gros volumes de consolider au minimum deux palettes ou plus de lampes entières (c.-à-d. des lampes qui n’ont pas été broyées intentionnellement) pour bénéficier d’un service de collecte gratuit. Deux palettes correspondent, par exemple, à environ 1000 tubes fluorescents de 4 pieds. Dans le cadre du programme RecycFluo, les lampes doivent être emballées de manière sécuritaire avant la collecte. RecycFluo favorise le réemploi des boîtes du fabricant mais vous en fournira au besoin. Les boîtes de collecte peuvent être commandées à l’avance. Que ce soit pour commander des boîtes vides (s’il vous en manque pour débuter la récupération) ou pour demander une collecte, vous devez communiquer avec le responsable au 1-888-860-1654 ou par courriel à ASSISTANCE@RECYCFLUO.CA. Le délai de cueillette est de 5 à 10 jours ouvrables mais possiblement moindre pour la région de Montréal.

98% des matières utilisées dans les ampoules au mercure son recyclables grâce au programme RecycFluo.

RECYC-QUÉBEC – Recyclez vos lampes au mercure

Ampoules basse conso : le potentiel de recyclage reste élevé

Récylum : collecte et recyclage des lampes usagées